Focus : Les collections de l'INA

L’INA conserve différentes sources de contenus, qui font la richesse et l’exception du savoir-faire et de l’offre de l’Institut. Collections télévisuelles, radiophoniques, photographiques et digitales, les archives conservées à l’INA sont accessibles à tous les publics au travers des différentes offres de l’Institut.

A sa création en 1975, l’INA s’est vu confier la mission de préserver le patrimoine audiovisuel national. Aujourd’hui, l’Institut collecte 24h/24 les programmes de 169 chaînes de télévision et stations de radio, soit  17 818 789 heures de contenus conservées.  L’INA conserve en outre les contenus publiés par 14 000 sites web français  dédiés aux médias ainsi qu’un fonds photo de 1,2 composé de 1,2 millions de clichés.

70 ans de Télévision

L’INA conserve les émissions de télévision produites par les chaînes publiques depuis l'après Seconde Guerre mondiale. A ce fonds historique s'ajoute, depuis 1995, le fonds versé au titre du dépôt légal de la radio-télévision et constitué de la captation en continu de plus 169 chaînes. Ainsi avec près d'un siècle de contenus audiovisuels, l’INA dispose d’une des collections les plus riches au monde. Tous les genres sont représentés : journaux télévisés, magazines d'actualité et de sport, téléfilms, feuilletons, documentaires, émissions de divertissement… 

 Ces collections sont composées :

-   Des programmes de la télévision publique depuis 1945, de la Première chaîne de la Radiodiffusion française (RDF), de la Radiodiffusion-télévision française (RTF, à partir de 1945) puis de l’Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF, à partir de 1964) , ainsi que de TF1 (entre 1975 et 1987), France 2, France 3, et les contenus des chaînes régionales métropolitaines et d’outre-mer publiques,

-   Des programmes des chaînes privées, chaînes du câble, du satellite et de la TNT gratuite ainsi que des stations régionales.

-   Des programmes issus de chaînes internationales : BBC World, CNN international et Al Jazeera, captées depuis 2006

80 ans de Radio

A sa création, l’INA a également hérité des collections issues des radios publiques et privées depuis les années 1930. Ces fonds se sont enrichis depuis lors dans le cadre du dépôt légal.

Aujourd’hui les collections conservées par l’INA sont constituée de tous les genres radiophoniques : fiction et feuilletons, entretiens, documentaires et magazines, journal parlé, retransmissions théâtrales et concerts, émissions politiques culturelles ou musicales… Parmi les grandes collections radiophoniques, figurent :

-   Les programmes des chaînes publiques et privées (1933-1944), dont les émissions datant de la Seconde Guerre Mondiale,

-   Les programmes des stations publiques depuis 1945 (RTF, ORTF puis Radio France), et ceux issus des radios privées depuis 2001 (RMC, RTL, Europe 1…)

-   Les programmes des radios dites ‘’pirates’’ ou  ‘’libres’’ des années 1970-1980, comme Carbonne 14, Génération 2000, Radio FLIP ou Paris 80.

Presse filmée et cinéma

De 1940 à 1969, la presse filmée était l’unique source d’images destinée au grand public. Diffusée dans les cinémas, elle informait les spectateurs de l'actualité de la guerre ou des informations du moment. Ce fonds est complété à l’INA par quelques films de cinéma et des actualités remontant à 1905.

Ces fonds comprennent notamment : Les actualités filmées, représentant environ 1800 heures issues des Actualités Mondiales (1940-1942), France Actualités (1942-1944), France Libre Actualités (1944), et des Actualités Françaises (1945-1969), ou fonds d’actualités tiers.

Collections partenaires

Reconnu pour son savoir-faire en matière d’archivage, de numérisation et de distribution des fonds audiovisuels, l’INA gère également des fonds privés et publics, français et internationaux, dans le cadre de mandats commerciaux et/ou patrimoniaux.

Dans ce cadre, l’INA conserve notamment les collections de :

-   L’AFP : Plus de 110 000 sujets, images d’actualité nationale et internationale illustrant les grands évènements contemporains, tournés par un réseau de journalistes reporters d’images et de correspondants de l’Agence.

-   L’ICAIC (Instituto Cubano del Arte e Industria Cinematográficos – Cuba) : La collection « Noticiero ICAIC latinoamericano » est constituée de 1490 actualités cinématographiques, réalisées entre 1960 et 1990. Inscrite au registre Mémoire du Monde de l’UNESCO en 2011, elle constitue une documentation complète sur l’histoire de la révolution cubaine.

-   CIO (Comité International Olympique) : La collection du CIO contient des contenus représentant les Olympiades d’été et d’hiver de 1948 à 2006, leurs cérémonies d’ouverture et de clôtures, les grands travaux entrepris par les villes hôtes ou encore les exploits des sportifs.

-   La Fédération Française de Football (FFF), La Fédération Française de Tennis (FFT), l’UNESCO

Le fonds photo

Évalué à environ 1,2 million de clichés, datant pour les plus anciennes des années 1950, le fonds photo de l’Ina témoigne des coulisses de la production des émissions de radio et de télévision. Il est constitué d’environ 35 000 reportages, qui sont en cours de numérisation.

 

Ces clichés sont un témoignage exceptionnel des premières émissions de télévision, qui ne pouvaient être ni enregistrées ni archivées avant l’apparition du kinéscope, au début des années 1950.

Ils émanent notamment des services photos rattachés aux différents services de presse radio-télé de l’époque, installés dans les divers lieux d’implantation de la RTF, de l’ORTF, de la SFP puis de l’INA.

 

Pour valoriser ce fonds, l'Ina s'associe à des partenaires institutionnels et privés lors de grands événements tels que le Festival de Cannes ou la Fête de l'Humanité. Ces partenariats permettent d'exposer les photos dans des lieux et des contextes appropriés. En 2012, l'Ina a ainsi affiché ses photos sur le fronton du Casino Barrière et sur les panneaux publicitaires de la croisette lors du Festival de Cannes.

Depuis 2015, 16 000 photos sont en outre consultables sur les sites de l’AFP et de Getty Images.



Le Web Média

Lancée de manière expérimentale dès février 2009, la collecte des sites web dans le cadre du dépôt légal du web couvre plus de 14 000 sites web français. Grâce à la mise en place d’un processus innovant, la collecte tient compte de la dimension temporelle et quantitative des sites web liés aux médias audiovisuels. Le périmètre de captation du dépôt  légal du web s’étend des sites de media français à leurs comptes twitter en passant par les Web TV et Radio.

 

Les programmes collectés au titre du dépôt légal, sur lesquels l’Ina ne détient pas de droits d’exploitation, sont archivés et enrichis grâce à un traitement documentaire. Ils sont mis à disposition de toute personne justifiant d'un travail de recherche qui nécessite le recours aux sources de la radio-télévision, à Paris et en régions.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
01 - Accueil
02 - Institut
03 - Actualités
04 - Offres & Services
05 - Collections
06 - Agenda
07 - Presse
08 - Contact
Contact

* champs obligatoires

Merci de compléter les informations suivantes :

Civilité*
1000 caractères restants

Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont enregistrées et transmises aux équipes de l'Ina chargées du traitement de votre demande. Vous pouvez exercer votre droit d'accès, de rectification ou d'opposition aux données vous concernant en contactant le CIL (Correspondant Informatique et Libertés) de l'Ina par le biais du formulaire accessible ici.

Partager par e-mail

Titre de l'article à partager

Séparer les adresses par des virgules

Postuler

* champs obligatoires

Merci de compléter les informations suivantes :

Civilité*
1000 caractères restants

Format PDF exclusivement et 5 Mo maximum par document

Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont enregistrées et transmises aux équipes de l'Ina chargées du traitement de votre demande. Vous pouvez exercer votre droit d'accès, de rectification ou d'opposition aux données vous concernant en contactant le CIL (Correspondant Informatique et Libertés) de l'Ina par le biais du formulaire accessible ici.