La Télé dans les étoiles

A l’approche des 50 ans des premiers pas de l’Homme sur la Lune, le nouveau baromètre des JT de l’INA dévoile que l’espace, totalisant 0.6% de l’offre totale d’information, est un marronnier décennal devenu transmédiatique.

De 2009 à 2018, 1 794 sujets ont abordé le thème de l’espace dans les JT du soir, soit 0,6 % de l’offre totale d’information.

Avec une médiatisation renforcée les années en 9, années de commémoration des premiers pas sur la Lune, le sujet du voyage dans l’espace atteint un pic en 2009 (241 sujets) : c’est « l’année mondiale de l’astronomie », qui a aussi vu les 30 ans d’Ariane, le lancement de divers satellites - de la sonde Kepler envoyée à la découverte de nouvelles planètes - une mission de maintenance sur le télescope Hubble…

Les rédactions privilégient l’astronautique, avec 65% des sujets consacrés aux missions et projets d’exploration humaine (vols habités, actualité de la Station spatiale internationale, développement du tourisme spatial…) et robotique. Les sciences de l’univers ne sont quant à elles présentes que dans 26% des sujets.

La conquête spatiale dans les JT : géopolitisation de l’espace et arrivée d’acteurs émergents

Attentifs à la géopolitique de la conquête spatiale, les JT font une place aux acteurs émergents du secteur, qui commencent pourtant à peine à se mesurer aux puissances traditionnelles que sont les États-Unis, la Russie, et la France.

Les logiques médiatiques ne coïncident donc pas totalement avec les logiques économiques. Si les Etats-Unis, première puissance spatiale, arrivent en tête du top 15 des pays cités avec 386 sujets - suivis de la France en 2e position avec 306 sujets - les médias suivent de près l’arrivée dans la course de la Chine, premier pays à se poser sur la face cachée de la Lune en septembre 2018, l’Inde, qui a tiré en 2017 la première fusée produite localement, ou encore la Corée du Nord et l’Iran.

Les rédactions privilégient l’astronautique qui représente 65 % des sujets. 685 sujets ont été consacrés aux missions et projets d’exploration humaine (vols habités, actualité de la Station spatiale internationale, développement du tourisme spatial, projets de mission vers la Lune ou Mars). L’exploration robotique, l’observation spatiale, les sondes et les satellites de tous types totalisent 475 sujets.
L’astronomie, l’astrophysique et les sciences de l’univers ne sont présentes que dans 26 % des sujets (461) qui abordent les découvertes en matière de planètes, trous noirs, comètes, éclipses et autres chutes de météorites. Chaque été, la Nuit des étoiles trouve un écho dans les JT (14 sujets) et fait donc figure de rendez-vous annuel s’agissant de l’espace. Astronautique 65% Sciences de l’univers 26% Divers 9% 100 150 200 250 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 Enfin, 9 % des sujets ont trait à des thématiques variées, tels que les décès d’astronautes (17 sujets sur la mort de Neil Armstrong en août 2012), ou le Salon international de l’aéronautique et de l’espace du Bourget, qui revient également chaque année (50 sujets).

Thomas Pesquet : le phénomène transmédiatique

C’est surtout la mission de Thomas Pesquet, de novembre 2016 à juin 2017, qui apparaît comme le phénomène médiatique majeur : par le nombre de ses prises de paroles, il se classe loin devant les autres figures du secteur (numéro 1 du top 20 des personnalités les plus médiatisées). Avec 158 sujets, sa mission à la Station spatiale internationale apparaît comme le sujet de prédilection de cette décennie.

Si les réseaux sociaux ont joué le premier rôle dans sa communication – notamment Twitter qui a été utilisé par l’Agence spatiale européenne (ESA) - certaines chaînes telles que BFM TV (220 tweets et 7 000 mentions de la chaîne sur le sujet) ou Quotidien (2 invitations du spationaute en plateau, 5 tweets et 4 500 mentions) ont su se saisir de cet engouement dans le cadre d’une stratégie de couverture véritablement transmédiatique.

L’aventure spatiale à la TV : des représentants de l’expertise française mais peu de femmes

Parmi les autres personnalités liées au domaine spatial les plus médiatisées, on retrouve des représentants de l’expertise française comme Jean-François Clervoy, Jean-Yves Le Gall et Francis Rocard - qui a coordonné la mise en œuvre du programme d’exploration de Mars – mais aussi de nouveaux acteurs du secteur des vols commerciaux et du tourisme spatial comme Richard Branson et Elon Musk.

Cependant, alors que la question de la participation des femmes à l’aventure spatiale émerge dans le débat public, on constate que seulement 14 % des personnes interviewées au total dans l’ensemble des sujets portant sur l’espace sont des femmes. Et parmi les 2 qui apparaissent dans le top 20, on compte… la compagne de Thomas Pesquet, Anne Mottet, et, seulement en 9e place, Claudie Haigneré, qui cumule pourtant les statuts de scientifique, spationaute et ancienne ministre.

>> Toutes les lettres trimestrielles : ici
>> Et les données de l’année 2019 : ici
Plus d'actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
01 - Accueil
02 - Institut
03 - Actualités
04 - Offres & Services
05 - Collections
06 - Agenda
07 - Presse
08 - Contact
Contact

* champs obligatoires

Merci de compléter les informations suivantes :

Civilité*
1000 caractères restants

Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont enregistrées et transmises aux équipes de l'Ina chargées du traitement de votre demande. Vous pouvez exercer votre droit d'accès, de rectification ou d'opposition aux données vous concernant en contactant le CIL (Correspondant Informatique et Libertés) de l'Ina par le biais du formulaire accessible ici.

Partager par e-mail

Titre de l'article à partager

Séparer les adresses par des virgules

Postuler

* champs obligatoires

Merci de compléter les informations suivantes :

Civilité*
1000 caractères restants

Format PDF exclusivement et 5 Mo maximum par document

Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont enregistrées et transmises aux équipes de l'Ina chargées du traitement de votre demande. Vous pouvez exercer votre droit d'accès, de rectification ou d'opposition aux données vous concernant en contactant le CIL (Correspondant Informatique et Libertés) de l'Ina par le biais du formulaire accessible ici.