La sauvegarde des archives sonores du procès de Rivonia par l'INA

Les archives sonores du procès de Rivonia ont été numérisées et restaurées grâce à un partenariat historique entre l’INA et le Département des Arts et de la Culture de la République d’Afrique du Sud mené dès 2013. Aujourd'hui, le partenariat se poursuit désormais par la mise en œuvre de ses volets « Formation » et « Valorisation ».

La collaboration entre l’INA et l’Afrique du Sud

La collaboration entre l’INA et l’Afrique du Sud qui a permis de sauver les 256 heures d’archives du procès de Nelson Mandela et des leaders de l’ANC a été conduite dans le cadre d’un accord historique de coopération signé le 20 décembre 2013. Par cet accord, les archives nationales sud-africaines (NARSSA) ont confié à l’INA 591 « Dictabelts », cylindres de vinyle souple rares et fragiles utilisés comme supports pour l’enregistrement du procès de Rivonia tenu devant la Cour suprême de Pretoria entre octobre 1963 et juin 1964.
C’est en partenariat avec l’ENS Lyon et plus particulièrement le chercheur Henri Chamoux, inventeur de « l’Archéophone », seul appareil moderne capable de lire et de numériser les Dictabelts, que l’INA a mèné ces travaux qui ont permis de numériser, de restaurer et d’indexer ces pièces uniques, inscrites au Registre de la Mémoire du monde de l’Unesco depuis 2007.
Que les autorités sud-africaines aient confié à l’INA, institution étrangère, un trésor national d’une telle ampleur constitue un acte de confiance à la portée politique et symbolique exceptionnelle.

L’ensemble des Dictabelts numérisés a été progressivement remis par l’INA à l’Afrique du Sud entre 2014 et 2016 :

  • Octobre 2014 : L’Afrique du Sud confie à l’INA les Dictabelts du procès Rivonia.
  • En 2016 : La totalité des dictabelts numérisée est remise au cours de deux cérémonies : l’une organisée en Afrique du Sud à la Cour de Pretoria, l’autre organisée en France à l’Elysée.

Les équipes de l’INA ont ensuite travaillé pendant 2 ans à poursuivre et à achever la restauration numérique de l’ensemble des fichiers enregistrements.

4 octobre 2018 : En ce centenaire de la naissance de Nelson Mandela, le Premier ministre Edouard Philippe remettra aux autorités sud-africaines les archives du procès de Rivonia numérisées et restaurées dans leur intégralité par l’INA, dans la salle d’audience du Palais de Justice de Pretoria où s’est tenu le procès en 1963 et 1964.
Cette séquence marque l’achèvement du volet « Sauvegarde et de restauration numériques des archives sonores du procès de Rivonia » de l’accord signé fin 2013 entre l’INA et le Département des Arts et de la Culture de la République d’Afrique du Sud. La mise en œuvre du volet « Formation et expertise » de cet accord se poursuivra jusqu’en 2019.

Le DAC et l’INA ont également bénéficié du soutien précieux de l’Institut Français d’Afrique du Sud pour la description des contenus - Sarah Bruchhausen, chercheuse sud-africaine, a effectué à l’IFAS un travail de recherche de 8 mois (retranscription des procès, identification des protagonistes, etc.) aboutissant à une documentation précise des enregistrements avant publication – et de l’appui de la Fédération Internationale des Archives de Télévision (FIAT/IFTA) dans le cadre du programme « Save Your Archives » , qui se propose d’apporter une aide tangible à des projets visant la préservation, la numérisation et la valorisation d’archives sonores ou visuelles en danger.

L’histoire de la sauvegarde des Dictabelts en vidéo 

Lecture et numérisation des Dictabelts : l’Archéophone

Le Dictabelt est un support cylindrique en vinyle souple sur lequel est enregistré du son, comme sur un microsillon. Il supporte plutôt bien les affres du temps (oxydation, rigidité…) et offre une qualité de son remarquable. Ce type de support a été beaucoup utilisé dans les années 1950 à 1970, en particulier dans les milieux judiciaires (enregistrement d’audiences) ou policiers (écoutes).

Les machines d’enregistrement ou de lecture d’époque sont rares et difficiles à maintenir. Elles peuvent parfois être « destructrices » pour les supports d’origine.
Depuis une quinzaine d’année, un passionné de supports audio anciens, Henri Chamoux, a inventé puis développé une machine de lecture et de numérisation de supports de type cylindre : l’Archéophone.

Le contexte historique du procès de Rivonia

11 juillet 1963 : plusieurs membres de l’African National Congress (ANC) sont arrêtés dans leur base arrière, la ferme de Lilliesleaf située à Rivonia dans la banlieue de Johannesburg. Déjà en prison depuis quelques mois, leur leader Nelson Mandela sera jugé avec 9 de ses camarades de lutte devant la cour de Pretoria entre les mois d’octobre 1963 et juin 1964.

Percy Yutar en sera le redoutable procureur chargé de porter les lourdes charges de sabotage et destruction de biens, toutes deux passibles de la peine de mort.  À l’issue du procès, Nelson Mandela, Walter Sisulu, Govan Mbeki, Elias Motsoaledi, Raymond Mhlaba, Ahmed Kathrada, Andrew Mlangeni et Denis Goldberg seront condamnés à la prison à vie.

Au début du procès, les accusés avaient le choix : plaidoyer ou se faire interroger. Si Percy Yutar s’est évertué à attaquer avec virulence les accusés, il ne s’adressera jamais à Nelson Mandela, ce dernier ayant préféré défendre sa cause et celle de ses partenaires à travers un vibrant plaidoyer pour la démocratie et l’égalité entre les peuples qui dura près de trois heures. Ainsi, le 20 avril 1964, Mandela adresse à la cour son célèbre « speech from the dock » qui constitua son unique prise de parole au cours du procès, dont la célèbre phrase qu’il prononcera à nouveau 27 ans plus tard devant la foule qui l’attendait à sa sortie de prison le 11 février 1990 “… J'ai chéri l'idéal d'une société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes vivent ensemble, dans l'harmonie et l'égalité. C'est un idéal que j'espère voir se concrétiser de mon vivant. Mais, Monsieur le Juge, si c'est nécessaire, c'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. »

De ce procès historique, aucune image n’a été filmée. Les archives, exclusivement sonores, en ont été sauvegardées par l’INA grâce à un accord unique conclu avec l‘Afrique du Sud.

  • I'm prepared to die

  • Nelson Mandela

Formation et valorisation

Aujourd’hui, l’INA a achevé la restauration numérique des archives sonores du procès de Rivonia. Le partenariat entre l’INA et l’Afrique du Sud se poursuit sur les volets de formation et de transfert des compétences d’une part, et de valorisation de ce fonds d’archives, d’autre part.

  • Le volet « transfert de compétences »

Des équipes de professionnels sud-africains sont formées en France et en Afrique du Sud pour conduire elles-mêmes les opérations de sauvegarde numérique des Dictabelts portant la mémoire sonore d’autres évènements historiques de l’histoire de leur pays. Entre 50 000 et 100 000 supports doivent être inventoriés, numérisés et restaurés dans tout le pays. Aussi, plusieurs formations ont été créées sur mesure et proposées en 2018/2019 afin d’assurer aux équipes la maitrise de la mise en place d’un plan de sauvegarde et de numérisation (la conservation et restauration mécanique des dictabelts, la restauration audio numérique, l’évaluation et la préparation des dictabelts et des équipements techniques, etc.)

  • Le volet « valorisation »

La collection Rivonia a pu être valorisée dans le cadre de projets créatifs, innovants et adaptés aux nouveaux usages numériques, auxquels l’INA a pris part, pour produire des œuvres originales et puissantes :

Le spectacle holographique « I am prepared to die »

A l’occasion du centenaire de sa naissance, l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et le Forum des images ont rendu hommage à Nelson Mandela, les 5 et 6 avril 2018, lors du festival NewImages. Un spectacle unique a installé le public au cœur du procès de Rivonia, recréé en hologrammes et en animation 3D dans le magnifique cadre de l’église Saint-Eustache où la voix et les mots de Nelson Mandela ont résonné.  Une première mondiale.

Une création Adrénaline Studio.

Le procès contre Mandela et les autres

Les archives sonores du procès de Rivonia sont au cœur du film Le procès contre Mandela et les autres, présenté en Sélection officielle au dernier festival de Cannes et coproduit par l’INA. L’histoire de la lutte contre l’apartheid ne retient qu’un seul homme : Nelson Mandela. Il aurait eu cent ans cette année. Il s’est révélé au cours d’un procès historique en 1963 et 1964. Sur le banc des accusés, huit de ses camarades de lutte risquaient aussi la peine de mort. 

Les archives sonores du procès de Rivonia au service de la recherche, l’art et la culture

L’INA, l’Institut Français d’Afrique du Sud, le NARSSA, la Fondation Nelson Mandela et le Wits History Workshop organisent une rencontre les 26 et 27 septembre 2018 sur le thème « A l’écoute du procès de Rivonia : tribunaux, archives et mouvements de libération », dans le cadre du centenaire de la naissance de Nelson Mandela.

Ces deux journées célèbrent la numérisation de ces archives sonores, permettant à la société sud-africaine actuelle, aux générations futures, d’accéder à ce patrimoine unique.

Cet événement a pour objectif d’inviter les chercheurs, les écrivains, les artistes, mais aussi chaque citoyen, à se souvenir et explorer ce moment charnière de l’histoire de l’Afrique du Sud.

Au programme : Performances artistiques, présentations des archives et du processus de restauration, projections…

Plus d'actualités
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
01 - Accueil
02 - Institut
03 - Actualités
04 - Offres & Services
05 - Collections
06 - Agenda
07 - Presse
08 - Contact
Contact

* champs obligatoires

Merci de compléter les informations suivantes :

Civilité*
1000 caractères restants

Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont enregistrées et transmises aux équipes de l'Ina chargées du traitement de votre demande. Vous pouvez exercer votre droit d'accès, de rectification ou d'opposition aux données vous concernant en contactant le CIL (Correspondant Informatique et Libertés) de l'Ina par le biais du formulaire accessible ici.

Partager par e-mail

Titre de l'article à partager

Séparer les adresses par des virgules

Postuler

* champs obligatoires

Merci de compléter les informations suivantes :

Civilité*
1000 caractères restants

Format PDF exclusivement et 5 Mo maximum par document

Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont enregistrées et transmises aux équipes de l'Ina chargées du traitement de votre demande. Vous pouvez exercer votre droit d'accès, de rectification ou d'opposition aux données vous concernant en contactant le CIL (Correspondant Informatique et Libertés) de l'Ina par le biais du formulaire accessible ici.